Si —

Si tu peux préserver ta tête qui raisonne
Lorsque tous l’ont perdue et te blâment pour ça,
Si tu peux croire en toi quand chacun t’abandonne,
Sans rancœur cependant contre qui renonça ;
Si tu peux patienter sans tarir ta patience,
Ou étant abusé, garder franc ton langage,
Ou étant malmené, rester sans malveillance,
Et n’avoir l’air pourtant ni trop bon, ni trop sage :

Si tu peux suivre un rêve — et dompter l’illusion ;
Si tu peux réfléchir — et sais mettre en pratique ;
Si Triomphe et Désastre, imposteurs d’occasion,
Rencontrent de ta part un accueil identique ;
Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Faussées pour prendre au piège un troupeau d’abrutis,
Ou regarder, brisés, ta vie et ses symboles,
Et seul les reconstruire avec tes vieux outils :

Si tu peux faire un tas du total de tes gains
Et le remettre en jeu, risquant la chance offerte,
Et perdre, et ramasser à nouveau de tes mains
Et ne jamais te plaindre au sujet de ta perte ;
Si tu peux quoique las obliger à la tâche
Ton cœur avec tes nerfs jusqu’au moindre tendon,
Et résister ainsi lorsque tout en toi lâche
Hormis la Volonté qui leur dit : « tenez bon ! »

Si tu peux aborder les foules sans les craindre,
Ou côtoyer les Rois — sans ambition grandiose,
Si méchants ni gentils ne peuvent pas t’atteindre,
Si tous comptent pour toi, sans que nul ne s’impose ;
Si tu peux jalonner la minute inflexible
Des soixante temps forts que bat le métronome,
Le Monde tout entier pour toi reste accessible,
Et — qui plus est, mon fils — tu deviendras un Homme !
Traduction :J. F. Berroyer

If—

If you can keep your head when all about you
Are losing theirs and blaming it on you,
If you can trust yourself when all men doubt you,
But make allowance for their doubting too;
If you can wait and not be tired by waiting,
Or being lied about, don’t deal in lies,
Or being hated, don’t give way to hating,
And yet don’t look too good, nor talk too wise:

If you can dream—and not make dreams your master;
If you can think—and not make thoughts your aim;
If you can meet with Triumph and Disaster
And treat those two impostors just the same;
If you can bear to hear the truth you’ve spoken
Twisted by knaves to make a trap for fools,
Or watch the things you gave your life to, broken,
And stoop and build ’em up with worn-out tools:

If you can make one heap of all your winnings
And risk it on one turn of pitch-and-toss,
And lose, and start again at your beginnings
And never breathe a word about your loss;
If you can force your heart and nerve and sinew
To serve your turn long after they are gone,
And so hold on when there is nothing in you
Except the Will which says to them: ‘Hold on!’

If you can talk with crowds and keep your virtue,
Or walk with Kings—nor lose the common touch,
If neither foes nor loving friends can hurt you,
If all men count with you, but none too much;
If you can fill the unforgiving minute
With sixty seconds’ worth of distance run,
Yours is the Earth and everything that’s in it,
And—which is more—you’ll be a Man, my son!
Rudyard Kipling