…mais avant, la citation du moment :

« L’arithmétique ne sera utile à rien ni à personne tant que nous ne posséderons pas douze doigts pour compter les syllabes du beau vers français, défaut qui fait de tout homme un poète maudit. »

Éric Chevillard

Quand je crains que ma vie ne parvienne à son terme
Avant que mon cerveau n’ait semé sous ma plume,
Avant que le grenier du savoir ne renferme
Ma pensée récoltée au sein de maint volume ;
Quand je vois, sur la face étoilée de la nuit,
Les signes nébuleux d’une grande romance,
Et songe que bientôt, si la santé me fuit,
D’en tracer les contours je n’aurai plus la chance ;
Et quand je sens, mortel au futur chimérique,
Que je ne pourrai plus contempler ton visage,
Ni connaître l’attrait du pouvoir féerique
De l’amour instinctif — alors sur le rivage
Du monde tourmenté je me tiens seul, et songe
Tandis qu’amour et gloire au fond du gouffre plongent.
Traduction :J. F. Berroyer
When I have fears that I may cease to be
Before my pen has gleaned my teeming brain,
Before high-pilèd books, in charactery,
Hold like rich garners the full ripened grain;
When I behold, upon the night’s starred face,
Huge cloudy symbols of a high romance,
And think that I may never live to trace
Their shadows with the magic hand of chance;
And when I feel, fair creature of an hour,
That I shall never look upon thee more,
Never have relish in the faery power
Of unreflecting love—then on the shore
Of the wide world I stand alone, and think
Till love and fame to nothingness do sink.
John Keats